Repérage dans les Landes

Les détails de ma visite chez notre partenaire dans les Landes…

Mercredi 27 Février, 25°C, pas un nuage à l’horizon.

Aujourd’hui, me voici dans les Landes, habillée en cavalière, pour découvrir les écuries et prestations de Michel à Mimizan.
En aparté, pour moi, c’est un jour particulier car suite à une double fracture de la malléole en Août dernier, je n’ai encore pas pu remonter à cheval… C’est le jour J !

A mon arrivée sur place, Michel me fait faire le tour du propriétaire.

Il m’accueille dans sa maison, une typique landaise rénovée avec goût et dans l’esprit traditionnel, puis m’ouvre les portes du gîte adjacent à son habitation.

Chaque chambre est décorée avec goût. Les contraintes architecturales de l’ancien ont été intégrées aux décors pour qu’elles deviennent des originalités. Il en ressort une ambiance cosy et soignée, adaptée à la fois aux couples en recherche d’un cocon romantique, comme aux groupes d’amis cavaliers souhaitant partager un moment convivial. Toutes les chambres, exposées au Sud, donnent sur la terrasse et la piscine.

Le détail qui change tout : vous trouvez la literie trop molle/trop ferme? Demandez Michel ! Il a prévu des matelas de rechange pour chaque lit afin que chaque visiteur se sente comme à la maison.

Ce très beau gîte classé 3 épis surplombe le paysage depuis sa petite collinette, et on aperçoit en contrebas les chevaux au pré.

chambre d'hôtes piscine Landes stage équitation
stage équitation jumping Landes

Après avoir pris un café au soleil, nous partons pour les écuries.
Elles sont accessibles en véhicule depuis le gîte (5mn).

Les infrastructures sont simples et fonctionnelles :
De grands prés où vivent les chevaux en troupeau toute l’année, quelques plus petits paddocks individuels pour les chevaux qui nécessitent une alimentation spécifique, un cabanon en guise de sellerie et un grand préau pour seller les chevaux.
Une belle carrière complète l’ensemble. Le sol de cette carrière, mélange de chaux et de sable, est d’une qualité surprenante pour le travail des chevaux.

Nous faisons le tour des prés. Avec Michel, chaque cheval a droit à sa caresse, sa gratouille… Ils se laissent manipuler et se montrent curieux et amicaux. La cavalerie se compose principalement d’anglo-arabes issus d’un élevage de chevaux de course et de trotteurs.
Ils ne payent pas de mine avec leur gros poil d’hiver collé par cette chaleur inhabituelle de février…

Michel me propose Titan, grand trotteur bai au bon oeil et à la démarche un peu nonchalante. Il prend pour lui Lune, une petite pur sang d’1m60 au modèle léger, dans le sang.

Nous les sellons avec de belles selles Forestier cuir, plutôt faites à première vue pour randonner. Moi qui suis plutôt habituée à monter en Butet obstacle, je m’attendais à me sentir comme dans un canapé.
Et c’est bien le cas ! Cependant, on s’y sent suffisamment bien pour travailler en carrière, sur le plat comme à l’obstacles. Quel confort ! Pas de taquet superflu ni de siège trop profond, le bon dosage pour une monte polyvalente, confortable et fonctionnelle.

Nous passons une vingtaine de minutes en carrière me permettant de retrouver mes marques à cheval (je rappelle que je n’ai pas monté depuis plus de 6 mois et que j’ai quatre vis dans la cheville gauche…).
Deuxième bonne surprise, mon grand Titan, dans sa grande nature de trotteur, s’est avéré ne pas être un grand paquebot difficile à manoeuvrer. Au contraire, sous ses airs de grand poney de pré, j’ai trouvé un cheval au dressage très subtil, réceptif et attentif.
Puis, Michel me propose de me montrer “vite fait” les chemins environnants.

Nous voilà partis en forêt, sur les grands chemins sablonneux.

Le rêve du randonneur ! Tous les chemins permettent de galoper en grand, les paysages en approche du littoral sont variés et surprenants : de grandes dunes boisées, des clairières sablonneuses, des champs de genets… Tout y est coloré et odorant…
Les chevaux sont dressés pour permettre aux cavaliers de s’amuser individuellement même en groupe. Chacun peut partir au galop à son rythme, laisser le reste du groupe, voire même un seul cheval, au pas. Les chevaux se laissent travailler sur les chemins : changements de pied, déplacements latéraux, transitions montantes et descendantes d’une allure à l’autre ou dans l’allure… Quel bonheur !

Landes à cheval

Deux heures plus tard (je rappelle qu’on était sensés aller voir les chemins “vite fait”), nous voilà revenus aux écuries.
Nous laissons nos chevaux se rouler dans l’herbe et nous retournons au gîte.
16 heures, il n’y a pas d’heure pour déjeuner !
Un excellent repas fait maison et un café plus tard, me revoilà sur la route du retour.

Ce qu’il faut retenir de cette visite :
La passion de Michel pour son métier et ses chevaux n’a pas été érodée par le temps. Ici pas de chichis, juste l’essentiel pour monter à cheval dans de bonnes conditions.
La région se prête parfaitement à la randonnée dans de grands espaces et tous les chemins (ou presque) sont galopables ! De quoi faire changer de discipline un cavalier de manège…

Mimizan, petite station balnéaire familiale, est rarement assaillie par les touristes. La plage est déserte une grande partie de l’année et offre 250km d’étendue de sable et de dunes… Un beau terrain de jeu !

Plus de 45% des visiteurs reviennent chez Michel d’une année sur l’autre.
Je ferai partie de ceux là.

Si vous aussi vous souhaitez passer du temps chez Michel, avec ses chevaux, c’est ici que ça commence : Stage dans les Landes